Alias Joseph Kabila : un étranger

Alias Joseph Kabila : un étranger continu de prendre le Congo en otage en demeurant le maître du jeu politique

En politique , il y a des choses auxquelles , il faut se référer lorsqu’on veut mieux servir les intérêts de ceux qu’on dirige. Il s’agit de l’élégance , de l’opinion et de l’intérêt supérieur de la nation.
L’élégance politique suppose le respect des règles fixées de commun accord et le propre prestige des prétendants au pouvoir. Elle a pour couronnement une sortie honorable de la scène politique . et c’est ça que nous voulons. L’opinion suppose être a l’écoute des gouvernés . Que dit le peuple ou du moins la majorité parfois silencieuse dans notre pays a tâtonnement démocratique . Vouloir le gérer par défi n’est pas l’idéal d’un politicien avisé. L’autre chose c’est l’intérêt supérieur de la nation. Ou voudrions nous mener la nation? A la dérive ou au salut? L’intérêt supérieur de la nation est cette passion sans condition pour son bien et le bien du peuple qui l’occupe.

Hélas, chose grave, alias Joseph Kabila n’a jamais incarné les valeurs constitutionnelle, pour preuve, après avoir frauduleusement investis à deux reprise à la magistrature suprême, il n’a jamais cessé de rendre les institution de la république médiocre en violant la constitution. Il a resté deux années de plus à la tête de l’état sans l’avale du peuple, en outre en connivence avec la classe politique congolaise. Cependant actuellement après avoir organisé une parodie électorale qui se soldée en push électorale en nommant Félix Tshisekedi comme son successeur à la tête du pays comme président protocolaire, « au pouvoir sans pouvoir » qui va régner mais sans gouverner. 

Alias Joseph Kabila se montré déterminant de s’accroche au pouvoir pour le pouvoir. Pour parvenir à ses fins, le président illégitime sortant semble avoir employé la « tactique du salami », inventée par le leader communiste Mátyás Rákosi dans les années 1940, en Hongrie, pour décrire l’élimination de l’opposition, tranche par tranche. Dans le cas congolais, elle a consisté pour Joseph Kabila à consolider son pouvoir en contrôlant progressivement les institutions clés de la République, morceau par morceau, jusqu’à ce que les autres acteurs de la scène politique réalisent – trop tard – que le gros de la saucisse avait déjà été confisqué. 

Grâce à la « tactique du salami », alias Joseph Kabila quitte la présidence mais pas le pouvoir en RDC. Reste que cette stratégie pourrait engendrer une instabilité sociopolitique, alors que le peuple congolais avait justement voté massivement pour l’opposition afin de tourner la page sombre des années Kabila. Avec tous qu’il a comme marge des manœuvres alias  Kabila aura donc potentiellement le dernier mot sur l’identité du prochain chef du gouvernement. Et il aura hypothétiquement la possibilité de faire modifier la Constitution, car sa plateforme contrôle les trois cinquièmes du Parlement.

 

Article récent

Comments

comments

Posted in A la une, Politique.

Activiste Militant Résistant

Ma cause est bel bien fondée, vu la situation actuelle et les circonstances tragique que vivent les Congolais au quotidien ne me laisse pas le choix. Je milite pour mon pays et je sais que le peuple gagne toujours. Marre du système en place "la Kabilie"

2 Comments

  1. « accord de coalition politique » définit les grandes lignes d’un partage du pouvoir entre le nouveau et l’ancien chef d’Etat. Celui qui a la présidence n’a pas la primature. Les rôles s’inversent aux élections suivantes, le président sortant devra soutenir le candidat de la coalition de son Premier ministre. Ce texte prévoit que les ministères régaliens, Affaires étrangères, Défense, Intérieur doivent « comme cela est de doctrine certaine, revenir à la famille politique du président élu ». Répondant à une question d’un journaliste lors d’un voyage officiel à Windhoek, en Namibie, quelques semaines plus tard, le nouveau chef de l’Etat congolais a reconnu l’existence de cet accord de coalition « pour que l’alternance se passe pacifiquement ».

  2. Nous les pros Kabilistes nous sommes prêt de faire ce qui est à notre pouvoir de garder la tête du commandement aussi longtemps que possible, sache le bien que nous sommes capable de anéantir toute personnes qui pose problème sur notre vision du Congo de demain. Figure toi que aux jours avenir on ne parlera plus de toi et personnes lire tes articles, gare à toi petit minable

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.