Azarias Ruberwa : le cheval de Troie le cordon de la balkanisation en RDC

La balkanisation de la RDC est traitée ici comme un processus, comme une chose aujourd’hui en mouvement après avoir été conçue. Sa conception ne date pas d’aujourd’hui. Nous en voulons pour preuve les propos ci-après du premier Premier ministre de la RDC, Patrice-Emery Lumumba, diffusés plusieurs fois par jour par Télé 7, une chaîne de télévision fonctionnant en RDC :

«Le complot était déjà fait; le plan était déjà établi; c’est d’imposer un gouvernement contre la volonté du peuple; la Belgique désire balkaniser le Congo; l’éclatement du Congo, c’est demain».

… Bien que les propos de Patrice-Emery Lumumba remontent aux années 1960, l’idée de balkaniser la RDC tire son origine à la Conférence de Berlin de 1885 dont l’Acte général est la colonisation et le partage de l’Afrique par les pays occidentaux en considérant ce pays comme un grand marché des puissances occidentales. 

Cependant, le premier gouvernement de la coalition FCC-CACH a reconduit Me Azarias Ruberwa au Ministère de la Décentralisation et des Réformes institutionnelles. De par les arrêtés  qu’il a signés érigeant Minembwe en commune rurale, des ressortissants de ce coin du Sud-Kivu se demandent si cette ancienne autorité du Rassemblement Congolais pour le Démocratie (RCD/Goma) est inamovible.

Des observateurs politiques, principalement les ressortissants de Minembwe s’interrogent : «  est-ce que le bilan de M. Azarias au sein de ce Ministères est positif ; cette reconduction à la décentralisation ne vient-il pas confirmer les visées territoriales des communautés Banyamulenge ? ».

En effet, les dernières réformes enregistrées ces trois dernières années dans le processus de la décentralisation avec la création des nouvelles villes et communes rurales, portent la signature de M. Azarias Ruberwa. Il faut également signaler le tollé que l’érection de Minembwe en commune rurale a suscité au sein des communautés voisines, à savoir le Bafulero, les Nyindu, les Bavira et les Bembe. Des violences signalées dans les moyens et hauts plateaux du territoire d’Uvira sont là les conséquences de cette décision du Ministère de la Décentralisation.

M. Azarias Ruberwa connait ce qui se passe à Minembwe et il sait très bien que les autochtones refusent la création d’une commune de Minembwe, sachant qu’elle sera transformée en provincette et puis elle va déclarer sécession. Le plan est connu et la même démarche est menée au nord Kivu dans la zone de Masisi.

Dans leur plan stratégique, ces petites provincettes transformées en micro-État vont fédérer avec le Rwanda. Bien entendu, les autorités de Kinshasa n’y comprennent absolument rien sur cette machination infernale et en sourdine.

À Kinshasa, M. Ruberwa se comporte comme un homme d’État, et avec ses nombreuses postes tantôt à l’intérieure et tantôt à la justice, instigue en sourdine la création de cette commune qui ne fait que verser le sang de nos compatriotes.

Pourquoi ces peuplades ne peuvent-elles plus vivre en harmonie comme dans le temps ? Pourquoi forcer la création de cette commune qui ne fait que créer des guerres interminables à l’Est ? Un de rwandais qui avait été bien accueilli à Minembwe a filé une audio ultra-secrète a un de ses amis pour dénoncer cet acte démentiel. Les hautes personnalités qu’il dénonce de doivent pas être loin d’Azarias Ruberwa.

De ces faits, il est temps qu’Azarias Ruberwa choisisse son camp. Soit il reste Congolais et travaille pour harmoniser et non diviser les nombreuses tribus qui habitent ces points chauds du Sud-Kivu et Nord-Kivu, ou soit il reste un cheval de Troie Rwandais, destiné à créer ces micros états qui seront plus tard rattaches au Rwanda. Dans le dernier cas, il doit être traité comme un ennemi. Nous vous livrons le transcrit de l’audio ultra-secrete ici-bas.

Comments

comments

Posted in A la une, Théorie du complot.

Activiste Militant Résistant

Ma cause est bel bien fondée, vu la situation actuelle et les circonstances tragique que vivent les Congolais au quotidien ne me laisse pas le choix. Je milite pour mon pays jusqu'à ce que le peuple congolais devient bénéficiaire de ce qui lui revient de droit. Marre du système en place "la Kabilie" Une alternance négociée n'est qu'ultime humiliation" Félix Tshilombo un président nommé