CÉNI: L’invalidation des candidatures est une théorie du complot de la Kabilie

La céni a procédée à l’invalidation de six candidatures à l’élection présidentielle, en écartant Bemba après Katumbi, Kabila poursuit son casting idéal pour l’élection présidentielle

En agissant ainsi, c’est à dire en écartant les uns et en maintenant les autres, le régime illégitime de Joseph Kabila affaiblit doublement le camp des opposants : il diminue le risque dans les urnes pour le candidat de la majorité en mettant hors jeu les deux véritables poids lourds de l’opposition – Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba ; tout en assurant une relative dispersion des voix au sein de l’opposition en maintenant dans la course deux poids moyens – Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe.

Lire aussi : Tout porte a croire que la Commission électorale  est instrumentalisée par la Kabilie

Tout est fait pour entraver le processus électoral et préparer un nouveau dialogue

Reste que, si Joseph Kabila voulait susciter de vives contestations vis-à-vis du processus électoral, sans doute ne s’y prendrait-il pas autrement. En barrant la route de la présidentielle à Jean-Pierre Bemba, il mécontente ses partisans très nombreux dans l’ouest du pays et à Kinshasa, tout comme ce fut le cas dans l’est où une colère sourde gronde depuis que Moïse Katumbi a été empêché de déposer sa candidature. Aujourd’hui, le risque d’un embrasement généralisé n’est plus à exclure. D’autant qu’il n’y a pas que dans l’opposition que le mécontentement se manifeste ; dans la majorité aussi où la désignation comme dauphin d’Emmanuel Ramazani Shadary est très loin de faire l’unanimité.

Si l’on ajoute à cela le fait que le financement nécessaire à l’organisation de ces élections n’a pas été réuni alors que celles-ci sont censées se tenir dans quatre mois et que, désormais, on voit fort opportunément réapparaître des rébellions, y compris aux portes de Kinshasa (à une trentaine de kilomètres), tout semble être fait pour repousser la date de ces élections et paver la voie à un nouveau dialogue susceptible de conduire à une transition et donc derechef à un glissement… En somme, le scénario idéal pour Joseph Kabila qui n’a, loin de là, pas renoncer à lâcher les rênes du pouvoir en RDC.

CÉNI de Nangaa et Kabila

 

Comments

comments

Posted in Analyse & Réflexion, La médiocrité, Reflexion.

Activiste Militant Résistant

Ma cause est bel bien fondée, vu la situation actuelle et les circonstances tragique que vivent les Congolais au quotidien ne me laisse pas le choix. Je milite pour mon pays jusqu'à ce que le peuple congolais devient bénéficiaire de ce qui lui revient de droit. Marre du système en place "la Kabilie" Une alternance négociée n'est qu'ultime humiliation" Félix Tshilombo un président nommé