Félix Tshisekedi

Félix Tshisekedi fait le tour du monde dépassé par les enjeux  » voyager pour trouver des solutions « 

Félix Tshisekedi le pigeon voyageur attendu aujourd’hui au Sénégal et le 3 avril aux Etats-Unis, il aurait effectué plusieurs voyages depuis qu’il a été nommé par son partenaire Kanambe. À la quête de sa légitimité et plusieurs millions de dollars ont été décaissé au trésor public. Brazzaville au Congo, Luanda en Angola, Addis-Abeba en Ethiopie, Windhoek en Namibie, Kigali au Rwanda et même Entebbe en Ouganda, bientôt Dakar…et on ne compte plus ! Depuis son arrivée au pouvoir Félix Tshisekedi parcourt, d’un pas pressé, les capitales.

Une activité diplomatique intense qui ne s’est limitée jusque-là que dans la sous-région ou sur le Continent. Pour sa première visite hors d’Afrique, le président protocolaire congolais est attendu aux Etats-Unis, du 3 au 5 avril . Objectif principal, resserrer les liens diplomatiques, mais aussi économiques, commerciaux et même sécuritaires avec ce partenaire stratégique avec qui Joseph Kabila a été en déliquescence à la fin de son mandat. Retour sur les enjeux de cette visite au pays de l’Oncle Sam.

Cependant nous tendons vers les 100 premiers jours depuis sa nomination par Kabila, toujours pas de gouvernement, cette situation laisse planée des doutes du changement mais plutôt qui accrédite la thèse à laquelle Kabila serait le maître du jeu sur terrain. En dépit de cette situation médiocre, cela donne une marge des manœuvres à Félix de user de son pouvoir tout en sachant qu’au moment venu après la formation d’un gouvernement largement kabilisé, son champ d’action sera réduit et serait obligé de composer avec ces partenaires alliés des circonstances.

Chose que craint Félix, les représailles des millions de Congolais qui ne supportent plus voir des oppresseurs se repositionner dans des postes clés du nouveau gouvernement.

En fait, cinq noms figurent déjà sur la black list américaine :  Albert Yuma, Zoe et Jaynet Kabila, Moïse Ekanga et Emmanuel Adroupiako. Pour les Etats-Unis, voir un de ces cinq noms adouber par Tshisekedi à la tête de l’exécutif serait la démonstration que le patron de l’UDPS n’est qu’une vitrine de la Kabilie.

Alias Joseph Kabila est tenté d’imposer son candidat coûte que coûte pour montrer que c’est bien lui qui tient les rênes et qu’il n’entend pas se laisser dicter la voie à suivre par Washington, surtout après les sanctions américaines qui ont été confirmées contre le président (Nangaa) et le vice-président (Basengezi) de la Ceni et un de leur conseiller (le fils Basengezi).

Félix Tshisekedi, lui, ne peut baisser pavillon sous peine de se faire remonter les bretelles par l’administration Trump qui ne cesse de lui affirmer son soutien et l’appelle à prendre ses distances par rapport à Kabila. Sans oublier que Félix Tshisekedi doit aussi, et c’est peut-être la halte la plus importante de ce voyage, passer par les bureaux de Christine Lagarde, la patronne du Fonds monétaire internationale.

Pour cela il en est a savoir que la RDC travers une zone de turbulences à laquelle tout pourrait arriver, et cette situation n’arrangera pas les affaires pour certains lobbying et multinationaux qui ont des contrats d’exploitation miniers signé avec Kabila. L’homme des enjeux Kabila reste influant à l’interne et à l’externe trop sur de lui, son carnet d’adresse est son grimoire, pour preuve malgré plusieurs crimes commis et enrichissement illicite il n’a jamais était sous sanction de qui que c’est soit. Le paris n’est pas encore gagné ni pour Kabila et ni pour Félix, mais toutefois Kabila a une longueur d’avance sur terrain d’une manière institutionnelle. 

Article similaire

Comments

comments

Posted in A la une, Élections, Félix Tshilombo.

Activiste Militant Résistant

Ma cause est bel bien fondée, vu la situation actuelle et les circonstances tragique que vivent les Congolais au quotidien ne me laisse pas le choix. Je milite pour mon pays et je sais que le peuple gagne toujours. Marre du système en place "la Kabilie"

One Comment

  1. Il y a effectivement un cruel dilemme pour ce Président….Va-t-il avoir le courage de dénoncer le deal qui l’a conduit au sommet , avec La crainte de passer pour celui qui a triche pour ses intérêts personnels et trahi la mémoire de son père aux yeux de son parti Et donner raison à Mubake ..??? Ou s’obstiner dans le deal conclu avec ceux que l’on prétend qui l’on fait roi…???….🤓😎

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.