La face cachée du ‘‘développement’’ Congolais


Le Fond Monétaire International(FMI) a été fondé à la suite de la conférence de Bretton-Woods où les pays vainqueurs de la seconde guerre mondiale s’étaient réunis afin de créer de nouvelles instituions chargés d’entretenir la coopération-international. En conséquence, deux institutions sont mises en œuvre, la Banque Mondiale de Développement et le Fond Monétaire International dont le but était d’aider les pays sortant de la guerre a remonté leur économie. Le FMI, chargé des politiques de change et de leurs régulations centrées sur la convertibilité du dollar en or. Ensuite avec la fin de cette convertibilité, le FMI réévalue son but premier et décide en 1971 de se transformer en instrument de “développement” pour les pays considérés comme ‘’sous-développés”. Ils appliquent la doctrine économique basé sur le consensus de Washington qui est basé sur le retrait de l’état des affaires et la privatisation des compagnies nationales.

Dans les années qui suivent la grande vague d’indépendance africaine, les États nouvellement indépendant sont approchés par le FMI. Les économies de ces pays et tout les secteurs clés de ceux-ci seront sous tutelles de la Banque Mondiale de Développement et du FMI qui vont imposer des politiques d’ajustement structurelles, qui touchent les administrations majeures du pays : la santé, l’éducation, le transport, accès a l’eau et bien d’autres. Ces politiques d’ajustement seront mise en place afin de garantir le remboursement de la dette. En effet, une énorme partie du budget sera consacré au remboursement de cette même dette au détriment de la fonction publique c’est à dire des écoles, hôpitaux, infrastructure qui manque aujourd’hui en Afrique.

Un coup d’œil aux conséquences des ajustements structurelles.

Le rapport SAPRIN, une étude indépendante sur les agissements du FMI et de la Banque Mondiale de Développement, avait conclut que ces acteurs internationaux jouent un rôle clés dans la pauvreté, l’inégalité et insécurité dans le monde. Ces politiques d’ajustement n’apportent pas de développement mais au contraire appauvrisse les pays. En 2015, Benard Lugan, historien de l’Afrique avait déclaré qu’il faudrait 25 ans à la RDC d’aujourd’hui pour qu’elle atteigne le même niveau de vie que la population avait dans les années 60 du point de vue des hôpitaux, écoles, et certaines infrastructures. Comment peut-on expliquer qu’un pays potentiellement aussi riche que la R.D Congo ait une population si pauvre ? I.D.H le place en 167ème place sur 177 (2014) La R.D Congo fait face à un cycle infernal où sa dette publique ne cesse de croître et les nouveaux emprunts servent à payer les anciennes dettes qui constituent un obstacle certain au développement humain du pays. Le pays subit aussi la privatisation des entreprises qui dès lors engendre un climat de corruption au seins du pays et qui garantie le profit à une classe minoritaire de la population.

Réflexions

 L’État congolais devrait réduire son recourt au financement de la Banque centrale et FMI et s’engager dans des reformes structurelles. L’agriculture devrait être une priorité afin d’assurer la sécurité alimentaire à sa population. Mais aussi le retour dans le domaine publique d’industries qui ont été privatisés est essentiel. De plus, promouvoir l’audit de sa dette et renforcer la cohésion économique africaine l’aiderait à renforcer notre économie. En somme, la RD Congo doit tenir compte de son histoire de sa culture afin de mettre en place les stratégies qui permettront un meilleur niveau de vie à son peuple. L’héritage d’année d’oppressions coloniale et la frustration face à un sentiment de ‘’retard’’ règne au sein de sa population mais avant tout le développement congolais ne doit pas forcement suivre le modèle européen. Il ne faut pas oublier les cultures sont très différentes, ‘’les africains ne sont pas des européens à la peau noire’’. En tant que congolais nous devrions adaptés les stratégies de développement en prenant compte des réalités et divergences que nous possédons.

Auteur : Kokabola voir

Comments

comments

Auteur de l’article : Modidi

Natif Kongo est une plateforme à laquelle est engagée dans l'activisme politique en ayant une attitude, et un engagement politique en privilégiant l'action directe à court terme par rapport aux principes théoriques et aux actions à long terme. Pour parvenir au changement économique, politique, environnemental et social. En général l'idée de créer cette plateforme à débuté en 2013 et publié deux ans après, par Mr. Modidi le fondateur administrateur le 16 mars 2016. Notre objectif Faire respecter les lois universel de droit de l'homme, tout en sachant que la méconnaissance et le mépris des droits de l'homme opéré en RDC ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l'humanisme à laquelle la plateforme NatifKongo lutte à l'avènement d'un Congo où les citoyens Congolais seront libres de parler et de croire, libérés de l'occupation de la terreur et de la misère qui semble être éternel. Nous luttons pour mettre fin à cet théâtre de l'occupation qui semble être commencé pour ne plus prendre fin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.