Félix Tshilombo

Il est sans doute vrai que Félix Tshilombo est un président raté et marionnette avéré

161 corps retrouvés sans vie en ITURI pendant ce temps, silence total auprès des autorités de l’état en commençant par Félix Tshilombo lui qui prétend être président ayant tous les prérogatives requises d’un garant de la nation.

Lire aussi : Que les Congolais se réveillent !

Cependant son silence y compris de son gouvernement est considéré comme un crimes, dans un état comme le nôtre où des massacres perpétrés par les groupes rebelles Rwandais et/ou Ougandais sur le sol congolais ne peuvent plus restés sans réponses. Déjà il faudrait comprendre qu’avec ce théâtre d’agression le Congo a perdu des millions d’âmes, auxquels lui-même Félix Tshilombo le soit disant garant de la nation avait eu à considérer comme dommages collatéraux.

En dépit de l’ineptie de Félix Tshilombo l’adjectif du président « raté » semble lui concordé parfaitement, mardi 11 et mercredi 12 des tueries sanglante avaient eu lieu en Ituri par les milices Ougandais sous appellation fictif « ADF » faisant 161 morts. Et le jeudi 13 Félix Tshilombo insoucieux fête son anniversaire à l’extérieur du pays à Malabo et lors de son discours l’insouciance est vite ressenti, pas un seul mot prononcer pour rendre hommage aux victimes d’agression en Ituri. Seul les inconscients de la patrie peuvent cautionner ces genres de dérive au sommet de l’état, en agissant de la sorte Félix Tshilombo n’a fait que nous laver minutieusement les yeux, en fin de voir et puis de comprendre son rôle de marionnette dicté.

Lire aussi : RDC Beni : le peuple Yira Nande victime d’un complot d’extermination 1

Souvent lorsque je tiens à préciser qu’au sommet de l’état congolais on a un président raté cela est sans doute vrai, vu la globalité de la situation actuelle, tout porte à croire que jusqu’à présent le Congo n’a pas encore eu un garant de la nation dîne de cette appellation. Félix Tshilombo Tshisekedi l’héritier du trône est un raté et incompatible à la magistrature suprême. S’il était réellement un à tout à ce poste, mais la société civile n’aurai pas eu tous cette lourde tâche à dénoncer le silence du régime actuel.

En effet lorsque Félix Tshilombo fêtait son anniversaire à Malabo la société civile de la chefferie de Bahema Nord n’a pas eu un seul répit jusqu’à ce qu’elle a découvert des dépouilles Ituriens, ces genres d’éléments n’aurai jamais pu être étalé au grand jour si seulement on comptait au gouvernement selon Félix Tshilombo. C’est alors que ce dimanche 16 juin la société civile nous a annoncé avec précision, qu’environ cent quarante nouveaux corps sans vie ont été découverts la veille, dans la localité de Tché dans le groupement Losandrema en territoire de Djugu (Ituri). Ces corps s’ajoutent aux vingt et un autre découverts le même samedi 15 juin dans les localités de Pawi, Tshinji et Zendro dans le groupement Dendro. Ce qui fait un total de cent soixante et un corps.

Ces dépouilles ont été découvertes par la population locale dans la brousse après l’attaque des hommes armés de fusils et armes blanches dans la nuit de mardi à mercredi 12 juin dernier. Toujours attribué aux ADF.

Un président m’a tu vu ‼️ une présidence fantaisiste !! Un président raté, lorsque le pays est en feu et en sang celui qui prétend être le garant de la nation multiplie des voyages stérile, abandonnant le peuple à son propre sort !! Un gouvernement de continuité vomit par le peuple !! Une l’alternance négociée « DEAL » Compris à l’Africaine !! La politique selon le Congo dérive absolue !! Bref le Congo mérite mieux !!

Article récent

Comments

comments

Posted in A la une, Analyse, Félix Tshilombo.

Activiste Militant Résistant

Ma cause est bel bien fondée, vu la situation actuelle et les circonstances tragique que vivent les Congolais au quotidien ne me laisse pas le choix. Je milite pour mon pays jusqu'à ce que le peuple congolais devient bénéficiaire de ce qui lui revient de droit. Marre du système en place "la Kabilie" Une alternance négociée n'est qu'ultime humiliation" Félix Tshilombo un président nommé