J.Kabila sur des projets pharaoniques qui demain, resteront des monuments inachevés

À quelques mois des présidentielles, le président est appelé à gérer les affaires courantes. Et non pas à s’engager dans des projets pharaoniques qui demain, resteront des monuments inachevés. Faute de budget!

Alors qu’il est à la fin de son mandat, Joseph Kabila reste toujours silencieux sur son avenir. Pire encore, au lieu de gérer les affaires courantes, il va de lancement des projets en lancement des projets et d’inauguration en inauguration.

Qui achèvera les travaux ainsi lancés

Cette situation ne laisse pas indifférent les observateurs avertis. Beaucoup se posent la question de savoir : qui achèvera les travaux ainsi lancés ?

D’autant plus que la politique de continuité du pouvoir n’existe pas chez nous. Kabila serait-il prêt à céder le pouvoir et laisser ces travaux être achever par son successeur ?

Dans la réalité, ce n’est pas le cas. En Afrique, on organise pas les élections pour les perdre. Et on ne construit pas pour quelqu’un d’autre.

Et Kabila n’est pas dupe.

Ce 01 juin, il a posé la première pierre pour la construction du port sec de l’OGEFREM (Office de Gestion du Fret Multimodal) à Kasumbalesa. Le public visiblement acquis à sa cause crie à tue tête : wumela, shikata, etc.

Le principal intéressé semble se réjouir et se complaire dans cette euphorie anticonstitutionnelle. « Le pouvoir a un goût du miel, on s’en lasse pas » disait un dictateur jusqu’à être renversé par sa garde rapprochée.

Pourtant jeudi 31 mai, deux jeunes nigériens ont été inculpés après avoir appelé le président Mahamadou Issoufou à briguer un troisième mandat..

Salissou Ibrahim et Issoufou Brah, deux acteurs de la société civile ont été inculpés et placés sous mandat de dépôt par le tribunal de Zinder. La cause : ils ont demandé publiquement au président Issoufou de briguer un troisième mandat à la tête du pays .

Là bas on arrête, ici on donne 5000 Fc pour encourager les partisans du 3eme mandat. Évidemment, nous sommes dans deux mondes différent: celui de l’alternance et celui du maintien.

 

Beaucoup des chantiers inachevés

Les lancements des travaux sont le sceau du mandat de Joseph Kabila. Durant ces deux mandats, le président s’est démarqué par la pose de première pierre et le lancement de tels ou tels travaux.

Mais curieusement, beaucoup se sont avérés des éléphants blancs. Qu’en est il du « fameux » parc agro alimentaire de Bukanga Lozo, du barrage hydroélectrique de la chute de Katende, du grand Inga, les bâtiments du gouvernement à la place Royale, etc.

Hier aéroport de N’djili, puis l’aéroport de Luano puis le port sec de Kasumbalesa.

Qu’en seront ils demain ?

On aurait beau critiquer Mobutu, mais le barrage d’Inga, le pont Maréchal, le palais du peuple, la foire de Kinshasa et le stade des Martyrs n’ont pas encore été détrôné.

Comments

comments

Posted in Analyse, Reflexion.

Activiste Militant Résistant

Ma cause est bel bien fondée, vu la situation actuelle et les circonstances tragique que vivent les Congolais au quotidien ne me laisse pas le choix. Je milite pour mon pays jusqu'à ce que le peuple congolais devient bénéficiaire de ce qui lui revient de droit. Marre du système en place "la Kabilie" Une alternance négociée n'est qu'ultime humiliation" Félix Tshilombo un président nommé