Joseph Kabila et Félix Tshisekedi

Kabila a pris le soin de créer un contre-pouvoir suffisamment puissant pour obliger son successeur à négocier chaque poste.

Les proches de alias Joseph Kabila restent dans l’entourage de Félix Tshisekedi. Analyse de leur influence sur le nouveau président protocolaire congolais.

Le nouveau président protocolaire congolais, Félix Tshisekedi, est sous l’influence de l’ancien régime! Alors que les Congolais sont toujours dans l’attente de la nomination d’un Premier ministre et d’un gouvernement, Félix Tshisekedi reste entouré par des proches de alias Joseph Kabila. Une situation qui fait douter des capacités du nouveau président protocolaire à s’émanciper de l’ancien.

Un oiseau rare comme Premier ministre 

Le choix du chef du gouvernement est délicat et les élections telles qu’elles se sont déroulées en République démocratique du Congo ne facilitent pas la tâche au nouveau chef de l’Etat congolais. Etant donné qu’il a été nommé par alias Joseph Kabila, et cela est considéré comme trahison envers la population Congolaise!

Celui-ci est certes issu de l’opposition politique mais Félix Tshisekedi n’a pas la majorité parlementaire. Ce qui le contraint  à une coalition qui aura des conséquences sur sa manière de gouverner, estime Donat Tshimboj, député de l’Alliance pour l’avenir, proche de Moïse Katumbi. Selon lui, le chef de l’Etat « est obligé de composer avec une famille politique qui n’est pas la sienne et qui a une très large majorité. Donc, le problème se situe à deux niveaux : d’abord, lui-même ne peut pas se permettre de désigner seul un Premier ministre. Et puis la famille qui a la majorité parlementaire doit être en mesure de trouver cet oiseau rare. »

L’aval de Joseph Kabila

La RDC est donc dans un cas de figure où le président sortant, Joseph Kabila, détient encore un pan important du pouvoir – du fait que plusieurs personnalités qui lui sont fidèles restent en poste, comme l’actuel ministre de l’Intérieur, Henri Mova, ou encore Kalev Mutond, chef de l’Agence nationale de renseignements. 

Pour l’analyste politique congolais, Paul Kaboba, le nouveau président devra s’en remettre à l’ancien chef d’Etat dont les hommes contrôlent l’Etat-major, les renseignements militaires et surtout la Garde républicaine qui reste aux ordres de alias Joseph Kabila.

Dans ces conditions, il apparaît encore difficile pour Félix Tshisekedi d’asseoir son autorité sans l’appui de alias Joseph Kabila. L’ancien président illégitime a pris le soin de créer un contre-pouvoir suffisamment puissant pour obliger son successeur à négocier chaque poste.

A la une

Comments

comments

Posted in A la une, Affaires, Félix Tshilombo.

Activiste Militant Résistant

Ma cause est bel bien fondée, vu la situation actuelle et les circonstances tragique que vivent les Congolais au quotidien ne me laisse pas le choix. Je milite pour mon pays jusqu'à ce que le peuple congolais devient bénéficiaire de ce qui lui revient de droit. Marre du système en place "la Kabilie" Une alternance négociée n'est qu'ultime humiliation" Félix Tshilombo un président nommé

2 Comments

  1. Petit naïf kongo bien tôt c’est ton tour je prie Allah nuit et jour que tu meurt comme chien au kasï. tu est très vilain et sale garçon tu fais vraiment la honte a ton peuple en publiant des bobards sur la toile Allah va accomplir mon veux bientôt R.I.P! Je suis de l’UDPS et fière de l’être! Et que personne ne touche à FATSHI le 5e président du Congo.

  2. Je ne suis pas de ton avis, toi, tu fais parti de ceux qui ne jurent sur la défaite de Félix, en plus, nous vivons tous en Occident. Tu dois savoir que la défaite de Félix, c’est la victoire de Kabila. Donc, vous ne rêvez que le retour de votre leader Kabila, et arrêter de faire des analyses bidons. Congolais motema mabe. vous êtes nombreux d’être considéré comme bâton dans le roux pour Félix alors si vous éliminer un par un on le fera très bien sans amertume. Où soit vous fermez vos bouche.

Comments are closed.