Emmanuel Shadary

La Kabilie a investi Emmanuel Shadary candidat à l’élection présidentielle

Emmanuel Shadary, un dauphin sur la liste des sanctions européenne. Fin du suspense en République démocratique du Congo, Joseph Kabila ne devrait pas être candidat à un troisième mandat, la majorité présidentielle est enfin parvenue à s’entendre sur le nom d’Emmanuel Shadary. Joseph Kabila, lui, continue de se murer dans le silence.

Le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, l’a annoncé: c’est Emmanuel Ramazani Shadary, secrétaire permanent du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) depuis début 2018, qui sera donc le candidat de son parti à la présidentielle du 23 décembre 2018 en République démocratique du Congo.

« Il s’agit du camarade Emmanuel Ramazani Shadary, secrétaire permanent du PPRD né en 1960 dans la province du Maniema (est de la RDC) marié et père de huit enfants », a déclaré Lambert Mende en présentant brièvement le « dauphin » du président Kabila

« MonsieurRamazani Shadary va représenter notre famille politique à l’élection présidentielle », a ajouté Mende. C’est le candidat « derrière lequel nous allons tous nous aligner », a-t-il insisté.

Sanctions de l’Union européenne

En ses qualités de vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, il est responsable de la police et des services de sécurité et de la coordination du travail des gouverneurs de province depuis son entrée en fonction le 20 décembre 2016. À ce titre, l’Union européenne, qui l’a inscrit sur une liste de sanctions le 29 mai 2017, le considère comme responsable des récentes arrestations de militants et de membres de l’opposition et de l’usage disproportionné de la force depuis sa nomination, comme l’action violente contre les membres du Nouveau Mouvement religieux Bundu dia Kongo (BDK) fondé en 1969 dans le centre du Congo, la répression à Kinshasa en janvier et février 2017 et l’usage disproportionné de la force et la répression violente dans la province du Kasaï. Dans cette fonction, il est donc impliqué dans la planification, le contrôle ou la commission d’actions qui constituent des violations graves des droits de l’homme. Les sanctions incluent une interdiction de pénétrer sur le territoire de l’UE et un gel des avoirs ainsi que l’interdiction de mettre des fonds et ressources économiques à la disposition des personnes listées.

Emmanuel Shadary

 

 

Comments

comments

Posted in Analyse & Réflexion, Élections, Événements.

Activiste Militant Résistant

Ma cause est bel bien fondée, vu la situation actuelle et les circonstances tragique que vivent les Congolais au quotidien ne me laisse pas le choix. Je milite pour mon pays jusqu'à ce que le peuple congolais devient bénéficiaire de ce qui lui revient de droit. Marre du système en place "la Kabilie" Une alternance négociée n'est qu'ultime humiliation" Félix Tshilombo un président nommé