Situation en rdc

La situation en RDC est alarmante l’alternance du pouvoir pose problème

Le 23 décembre, nous marcherons vers un nouveau Congo libre, où la tyrannie, la pauvreté et la violence auront disparu. Nous marcherons comme des hommes libres, doués avec dignité. Il ne s’agit pas d’une simple course électorale mais une question de souveraineté.

La plupart des populations congolaises, qui sont renvoyées dans la rue et qui se trouvent aujourd’hui sans abris et, sans endroits précis où reposer leurs têtes, ignorent ce que c’est que un état souverain. Elles n’ont aucune idée sur ce que c’est ces droit fondamentaux, sur ce que c’est d’être un peuple libre, où le peuple est bénéficiaire de ce qu’il lui revient de droit. Cependant le Congo possède d’immenses ressources naturelles et une population d’environ 90 millions d’habitants, dont moins de 40 % vivent en milieu urbain. Avec ses 80 millions d’hectares de terres arables et plus de 1 100 minéraux et métaux précieux répertoriés, la RDC pourrait devenir l’un des pays les plus riches du continent africain et l’une de ses locomotives de croissance si elle parvenait à surmonter son instabilité politique. Une situation chaotique auquel le régime de Joseph est responsable.

Bien qu’elles vécussent sur une terre qui regorge du diamant, de l’or, du manganèse, cobalt, du coltan, et tant d’autres ressources dites naturelles, beaucoup de Congolais ne les ont jamais vus. Ils ne les ont jamais palpées. Elles connaissent à peine de leur importance. Des individus qui ignorent tout de ce qu’ils sont censés posséder se laissent maltraiter au motif qu’ils habitent sur des richesses dont ils ignorent l’existence. On prétend les punir parce qu’ils seraient riches.

Aujourd’hui, c’est plus qu’un devoir. C’est plus qu’une obligation. Les populations du Congo Kinshasa revendiquent avant tout et uniquement un endroit où se poser, un coin où se reposer, un abri où dormir et un terrain sur lequel leur progéniture ira et viendra, jouera comme tous les autres enfants appartenant à d’autres peuples. Auquel des enfants partagerons également les mêmes droits, sinon ils sont appelés à les arracher, entre autres les droits de bénéficier du fruit de leur labeur. Tout ceci, c’est au nom du principe de succession des générations. Les peuples  congolaises n’expriment qu’un seul désir : se sentir chez soi, chez elles au Congo. Hélas, car cela sembles apparaître absolument difficile en ce moment. Rien que la vérité, la situation en RDC est extrêmement chaotique Kabila et sa famille biologique ainsi que politique ont confisqué à toute la République ce qui leurs reviennent de droit, pour leurs fins personnel.

Voici des questions qu’on aura pas de réponse avec le gouvernement de Kabila

Quel prix payez-vous pour une location en République démocratique du Congo ? Quels sont les prix de l’immobilier à l’achat ? Quels sont les tarifs des transports en commun ? Quels sont les aliments de base et combien coûtent-ils (pain, riz, pâtes…) ?

Quel budget mensuel consacrez-vous à l’alimentation ? Combien coûte une consultation chez un médecin généraliste / spécialiste en République démocratique du Congo ? Quel est le prix mensuel moyen pour une assurance santé ?

Quel est le budget mensuel consacré à la scolarisation ou à la garde de vos enfants ? Combien coûte un plein d’essence ? A combien revient une facture d’électricité ou de gaz ? Combien payez-vous votre abonnement internet et téléphonique ?

Combien dépensez-vous pour votre déjeuner durant votre pause repas, en semaine ?  Quel est le prix d’un café expresso ?  Combien coûte une place de cinéma ?  Quel est le prix d’un abonnement à un club de sport en République démocratique du Congo ?

Avec la continuation du même système « la Kabilie » les peuples Congolais n’obtiendrons des réponses de toute ces questions ni aujourd’hui ni demain. Tout porte à croire qu’avec le régime de kabila on n’a pas le droit à la jouissance de la vie. Tout le fond destiné au développement du pays sont partager par un poignet d’homme appelé la kabilie.

Situation économique

Source d’infos : Banque Mondiale

La croissance du PIB réel de la RDC est remontée à 3,4 % en 2017, après avoir chuté de 6,9 % en 2015 à 2,4 % en 2016 (son plus bas niveau depuis 2001). Une progression qui s’explique par la hausse des cours des matières premières et l’augmentation de la production minière nationale, et notamment du cuivre et du cobalt qui assurent 80 % des recettes d’exportation.

La situation des finances publiques s’était dégradée en 2016, avec un déficit budgétaire ressortant à 0,3 % du PIB. Elle s’est redressée en 2017 en affichant un excédent modeste de 0,1 %, tandis que les pouvoirs publics s’attachaient à contenir leurs dépenses pour faire face à l’épuisement des réserves internationales et au rétrécissement de la marge de manœuvre budgétaire.

Lire aussi : La situation économique et financière de la RDC

Situation sociale

Malgré une baisse du taux de pauvreté de 71 à 64 % entre 2005 et 2012, la RDC compte encore parmi les pays les plus pauvres du monde et se situe au 176e rang (sur 187 pays) dans le dernier indice de développement humain calculé par l’ONU (2015). Selon les estimations de l’ONU datant de janvier 2018, la RDC abrite 540 000 réfugiés et compte 4,5 millions de personnes déplacées à l’intérieur du pays.

Le peuple Congolais devaient prendre une décision pertinente pour changer la donne sur la situation en RDC, en effet le précieux temps de la nation ne peut indéfiniment être gaspillé au profit des petits jeux politiciens de la kabilie. La grosse farce du siècle doit s’arrêter maintenant pour que commence le travail du développement, la lutte contre la pauvreté!

Comments

comments

Posted in Analyse & Réflexion, Economie, Reflexion.

Activiste Militant Résistant

Ma cause est bel bien fondée, vu la situation actuelle et les circonstances tragique que vivent les Congolais au quotidien ne me laisse pas le choix. Je milite pour mon pays jusqu'à ce que le peuple congolais devient bénéficiaire de ce qui lui revient de droit. Marre du système en place "la Kabilie" Une alternance négociée n'est qu'ultime humiliation" Félix Tshilombo un président nommé