L’armée congolaise a commis 23% de violations des droits de l’homme en septembre (BCNUDH)


Le Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme (BCNUDH) a documenté 623 violations des droits de l’homme sur tout le territoire de la RDC durant le mois de septembre 2018. C’est une confirmation de la hausse déjà constatée au mois d’août 2018 (620 violations documentées en août 2018, contre 515 en juillet 2018).

Alors que le nombre de violations commises par les agents de l’Etat est en baisse de 22% par rapport au mois précédent, ces derniers demeurent responsables de plus de la moitié des violations documentées.

 

Lire aussi : RDC : résumé sur la façon dont les congolais ont perdu le contrôle du Congo

Sur l’ensemble du territoire de la RDC, les agents de l’Etat sont responsables de 321 violations, soit 52% des violations documentées en septembre 2018. Ce nombre représente une baisse par rapport aux 409 violations enregistrées au mois d’août 2018, précise le BCNUDH.

De toutes les parties au conflit, les militaires des FARDC ont commis le plus grand nombre (23%) de violations des droits de l’homme dans les provinces affectées par les conflits, soit 119 des 517 violations documentées dans ces provinces.

Lire aussi : RDC génocide : le résultat de l’occupation Rwandaise

 

Comments

comments

Auteur de l’article : Modidi

Natif Kongo est une plateforme à laquelle est engagée dans l'activisme politique en ayant une attitude, et un engagement politique en privilégiant l'action directe à court terme par rapport aux principes théoriques et aux actions à long terme. Pour parvenir au changement économique, politique, environnemental et social. En général l'idée de créer cette plateforme à débuté en 2013 et publié deux ans après, par Mr. Modidi le fondateur administrateur le 16 mars 2016. Notre objectif Faire respecter les lois universel de droit de l'homme, tout en sachant que la méconnaissance et le mépris des droits de l'homme opéré en RDC ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l'humanisme à laquelle la plateforme NatifKongo lutte à l'avènement d'un Congo où les citoyens Congolais seront libres de parler et de croire, libérés de l'occupation de la terreur et de la misère qui semble être éternel. Nous luttons pour mettre fin à cet théâtre de l'occupation qui semble être commencé pour ne plus prendre fin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.