FCC UDPS

Le Congo subit une ultime humiliation une alternance négocier entre « FCC & UDPS »

Après 18 années sous l’occupation d’une force étrangère en exercice sous le sol Congolais, la république a vécue son pire histoire politique auquel est caractérisé par une anarchie institutionnelle émaillée la nation sous la dictature et répression savamment réfléchi.

Cependant actuellement la Kabilie arrivée à son dernier mandat l’UDPS vient à nouveau de l’offrir une nouvelle opportunité qui le permettrait de continuer à occuper des poste hautement stratégique de la république. Au moment où le peuple Congolais rêve d’en finir avec le système Kabilie, Félix Tshisekedi se mit à négocier avec la Kabilie, quémander le pouvoir auprès d’un régime vomis par tous.

En dépit de cela ils fomentent un complot de falsification des résultat des urnes. La Céni, le FCC, l’UDPS et l’UNC  désignent Félix comme président successeur de Joseph Kabila à l’occurrence Félix devait assurer la protection des criminels du régime sortant, aucune poursuite judiciaire ne sera engagé pour établir la justice. « Une alternance négociée quelle honte et humiliation » ?

Alors si Félix Tshisekedi a été proclamé vainqueur de la présidentielle, son parti, l’UDPS, est étrangement très loin derrière le Front commun pour le Congo (FCC) de Joseph Kabila. Avec 350 députés, le FCC dépasse largement le seuil majoritaire de 250 élus à l’Assemblée nationale, alors que la coalition Tshisekedi-Kamerhe obtient une cinquantaine de députés, et la coalition Lamuka de Martin Fayulu 80.

Concernant les élections provinciales, qui permettent de désigner les gouverneurs des provinces et d’élire le Sénat, là encore, le FCC fait carton plein, avec le contrôle de 22 provinces sur 26. Outre la présidentielle perdue, le camp Kabila garde donc la haute main sur l’Assemblée nationale, qui désignera le prochaine Premier ministre, mais aussi sur les provinces et le Sénat, où l’ancien président Kabila, désormais sénateur à vie, pourrait en prendre la présidence, et devenir de facto le deuxième personnage de l’Etat. Une position avantageuse en cas de « vacance du pouvoir ».

Article 75
En cas de vacance pour cause de décès, de démission ou pour toute autre cause
d’empêchement définitif, les fonctions de Président de la République, à
l’exception de celles mentionnées aux articles 78, 81 et 82 sont provisoirement
exercées par le Président du Sénat.

Comments

comments

Posted in Politique.

Activiste Militant Résistant

Ma cause est bel bien fondé, vu la situation actuelle et les circonstances tragique que vivent les Congolais au quotidien ne me laisse pas le choix. Je milite pour mon pays et je sais que le peuple gagne toujours. Marre du système en place "la Kabilia"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.