100 jours de Félix

Les 100 jours de Félix Tshisekedi commentés par la presse congolaise et étrangère

Les titres des articles se passent de tout commentaire.

– DW : « Toujours l’ombre de la « Kabilie » en RDC »

– Jeune Afrique : « RDC : Félix Tshisekedi, 100 jours sans faire oublier Joseph Kabila »

– Le Monde : « En RDC, les 100 premiers jours du président Tshisekedi dans l’ombre de Kabila »
Joan Tilouine ecrit : « Officiellement, Félix Tshisekedi, 55 ans, est le cinquième chef d’Etat de la RDC, mais il ne se contente pour l’instant que d’un pouvoir de représentation. Au cours de ses cent premiers jours, il s’est révélé incapable de s’affranchir de l’emprise de son prédécesseur, Joseph Kabila, avec qui il a noué un pacte dans l’ombre pour s’assurer une victoire – contestée et certainement frauduleuse – à la présidentielle.»

– Le Point : « RD Congo : Kinshasa, la capitale aux deux présidents ? »
Extrait : « Félix Tshisekedi, fils de feu Étienne Tshisekedi et patron de l’UDPS, est le cinquième président de la RDC. Il a prêté serment le 24 janvier dernier après un long et mouvementé processus électoral. Mais, au fur et à mesure que s’est approchée sa probable victoire, son alliance avec l’ancien président Joseph Kabila a éclaté au grand jour et tout le monde sait à Kinshasa et ailleurs que l’ombre de ce dernier plane sur les premiers pas de Félix Tshisekedi. »

– Le vérificateur (Guinée) : « RDC : Félix Tshisekedi, 100 jours sans faire oublier Joseph Kabila »
La rédaction du journal écrit : « La rupture n’a pas eu lieu. Félix Tshisekedi a franchi dimanche la barre symbolique des 100 jours à la tête de la République démocratique du Congo (RDC), sans parvenir à sortir de l’ombre de son prédécesseur Joseph Kabila, qui continue à avoir la mainmise sur de larges pans du pouvoir. »

– Congo indépendant : « Les 100 jours du président Felix Tshisekedi: Crise d’autorité! »
Le journaliste Amba Wetshi écrit : « Durant ces premiers 100 jours, le successeur de « Kabila » a donné l’impression d’un homme « corseté », à la marge de manœuvre restreinte, incapable non seulement de commander mais aussi de décider. Une crise d’autorité sans précédent à l’issue d’une élection présidentielle. »

Comme j’ai eu à le souligner il y a plusieurs semaines, la mandature de Félix Tshisekedi va dépendre de son degré de soumission et de docilité envers la Kabilie. Pour sortir de cette calamiteuse situation,Tshisekedi fils doit dénoncer le fameux « deal » qui le lie à la Kingakatie et se rapprocher de Martin Fayulu qui a la légitimité populaire. Mais s’il fait le malin et s’aventure à « court-circuiter » Joseph Kabila, qui suit tout de très près et est au courant de tout, y compris ce qui se passe dans sa chambre à coucher, alors le Raïs de Kingakati, comme on l’appelle, n’hésitera pas à employer les grands moyens pour le neutraliser. Comme l’a déclaré un ministre kabiliste sortant sur RFI, « Joseph Kabila peut se montrer patient face aux petites provocations, mais comme avec Bemba ou Tshisekedi père, il peut finir, le cas échéant, par lui tordre le cou. » Et ce n’est pas Vital Kamhere, l’homme aux mille visages, qui volera à son secours…

À bon entendeur, je bois mon lait nsambarisé… Patrick Mbeko

Article récent

Comments

comments

Posted in A la une, Élections.

Activiste Militant Résistant

Ma cause est bel bien fondée, vu la situation actuelle et les circonstances tragique que vivent les Congolais au quotidien ne me laisse pas le choix. Je milite pour mon pays et je sais que le peuple gagne toujours. Marre du système en place "la Kabilie"

One Comment

  1. Si j’étais à ta place monsieur Tshilombo j’aurai démissionné pour sauver la crédibilité de udps, tu me fais tellement mal au coeur non. Prends courage demissionne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.