L'Est de la RDC est victime d'un complo

L’Est de la RDC est victime d’un complot politique orchestré par Kabila et ces alliés

Le Complot contre le Congo vise en premier lieu sa balkanisation et pour y aboutir à cette machination machiavélique, la déstabilisation des institutions de la république, brasser l’armé nationale avec des groupes rebelles des nationalités et origines différente, forcer la population natif à se délocaliser, des postes à responsabilité soient occupé par des étrangers. Et cela est sans doute vrai au moment où tous les éléments sont apporté de vu, comme exemple :

Alias Joseph Kabila ex président de la république pendant 18 ans et actuel sénateur à vie, son frère alias Zoé Kabila ex député actuel gouverneur de Tanganiyika, Azarias Ruberwa ex ministre de mine actuel ministre de Justice par intérims, Léon Kengo wa Dondo ex président du sénat pendant 12 ans, Charles Bisengimana  général des forces de sécurité de la République démocratique du Congo et le commissaire divisionnaire principal de la Police nationale congolaise entre 2010 et 2017 toute ces personnes sont de sujet rwandais. La listes est longue!

Voir la suite : La listes des officiers supérieurs Rwandais infiltrés en RDC

Cependant, tous nous savons que notre malheurs la RDC est orchestré et piloté par nos voisin le Rwanda et l’Ouganda, comment est ce possible de laisser les gens qui veulent balkaniser le Congo occuper des postes à responsabilités. Serait-il signe de lâcheté ou simplement l’aliénation mentale ?  Pendant que nous sommes distrait et inconscient de ce danger qui guette notre grand pays, à Goma, l’«urgence» dure depuis vingt-cinq ans, amorcée avec l’arrivée massive de réfugiés rwandais fuyant leur pays, juste de l’autre côté du lac, à la fin du génocide en 1994.

Les crises ont ensuite succédé aux crises, parfois de véritables guerres entre deux vagues d’épidémies, générant un flot ininterrompu de malheurs. En réalité, Goma n’est pas une exception : la RDC, aussi vaste que l’Europe occidentale, semble tout entière plongée dans une crise sans fin, cumulant les urgences, nécessitant encore cette année la mobilisation de 1,65 milliard de dollars d’aide, selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies. Mais c’est toujours au nord-est du pays que le niveau d’alerte reste le plus inquiétant. A Goma, mourir est plus rapide que vivre, se lamentent certains habitants. Tuer un Nande c’est comme tuer un lézard.

En effet il s’agit d’un «complot politique» visant à forcer la communauté nande de se délocaliser, l’une des ethnies dominantes de la région. Nettoyage ethnique!

Cependant les Forces démocratiques de libération du Rwanda, un mouvement rebelle formé à l’origine par des génocidaires rwandais en exil serait responsables de plusieurs actes barbares dans la région. Vingt-cinq ans après la tragédie, ils sévissent toujours aux alentours du parc voisin des Virunga. «Mais à côté d’une hiérarchie vieillissante, les nouvelles recrues sont surtout attirées par les armes et l’argent des rackets, et n’ont aucune intention de partir à la reconquête du Rwanda»

Article récent

Comments

comments

Posted in A la une, Événements, Théorie du complot.

Activiste Militant Résistant

Ma cause est bel bien fondée, vu la situation actuelle et les circonstances tragique que vivent les Congolais au quotidien ne me laisse pas le choix. Je milite pour mon pays et je sais que le peuple gagne toujours. Marre du système en place "la Kabilie"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.