L'insécurité à Beni

L’insécurité à Beni : La population décide de multiplier de dates fatidique enfin de pousser Félix et son gouvernement de prendre leur responsabilité

Face à la reprise intensive des actions tragiques des tueurs contre les civils dans la partie Est de la région de Beni, la société civile de cette entité a monté une série d’action en guise de protestation. L’objectif consiste à forcer la main du pouvoir enfin à agir pour ramener la paix dans la région. Car la reconquête de la paix à Beni n’est pas une utopie, mais question de volonté.

Ainsi, en plus de deux jours sans activités qui viennent d’être passés, désormais il y aura allumage du feu toutes les nuits dans tous les quartiers, cellules et avenues du chef-lieu du territoire ainsi qu’à son intérieur jusqu’au jour où Félix Tshisekedi, viendra personnellement à Beni palper et expérimenter le degré de l’amertume vécue au quotidien dans cette partie du pays.

Bien plus, à cette disposition s’ajoute la suspension de perception des taxes de l’Etat sur toute étendue du territoire de Beni. Souvent le gouvernement congolais est plus sensible à ce qui touche à l’argent de sa caisse qu’à ce qui décime la vie de ses citoyens. Toutes ces dispositions sont décrétées comme un signal fort pour exiger de l’autorité des actions concrètes en vue de stopper définitivement les tueries à répétition. Cela est possible, si on y met le minimum de bonne volonté et de l’honnêteté.

Les autorités locales tentent vainement d’empêcher la poursuite de ces protestations. Malheureusement, à tout ce courage manque la solidarité nationale de la part du reste des compatriotes qui pensent que le malheur s’abattant sur la région de Beni ne les concernent pas!

Article récent

Comments

comments

Posted in A la une, Drame, Événements.

Activiste Militant Résistant

Ma cause est bel bien fondée, vu la situation actuelle et les circonstances tragique que vivent les Congolais au quotidien ne me laisse pas le choix. Je milite pour mon pays jusqu'à ce que le peuple congolais devient bénéficiaire de ce qui lui revient de droit. Marre du système en place "la Kabilie" Une alternance négociée n'est qu'ultime humiliation" Félix Tshilombo un président nommé