Patrick Mbeko : Un énième acte de trahison au profit du Rwanda signé Félix Tshisekedi

Qu’est-ce qui explique l’empressement de Félix Tshisekedi à se rapprocher de Paul Kagame, qui est responsable des millions de morts congolais depuis 1998 ? Pourquoi toutes ses décisions tendent-elles à faire la part belle au Rwanda ? Et je ne parle même pas de sa femme, Denise Nyakeru Tshisekedi, qui « fricote » avec la femme de l’autre…

Acte de trahison signé par Félix Tshisekedi

Félix Tshisekedi

Au début, on pouvait parler d’amateurisme au sommet de l’État. Après, on a mis ça sur le compte de l’ignorance et de la non maitrise des enjeux géopolitiques auxquels la République à démocratiser du Congo est confrontée. Puis, on a commencé à se dire que quelque chose ne tourne pas rond, mais on a fini par mettre ça sur le compte de la déficience intellectuelle du monsieur. Mais aujourd’hui, force est de constater que Félix Tshisekedi est en service commandé. À voir comment ce type et les siens agissent et hypothèquent l’avenir du Congo et de son peuple au profit du Rwanda, il y a de quoi précipiter la chute de son «pouvoir-os». Il faut neutraliser définitivement ce monsieur avant qu’il ne soit trop tard.

En fait, les Congolais doivent comprendre que le fils d’Étienne Tshisekedi n’émet pas sur la même fréquence qu’eux. Oui, il est avec les Congolais quand il est au Congo, mais son âme et son esprit ont été gagnés à la cause de Kigali.

Dans la correspondance qu’il a adressée à Paul Kagame le 8 juin dernier, Félix Tshisekedi annonce l’adhésion de la RDC à la Communauté d’Afrique de l’est. Il s’agit d’un précédent dangereux. J’ai expliqué pourquoi dans ma réflexion du 28 mars (Félix Tshisekedi au Rwanda : Diplomatie ou « nègrerie » à la Congolaise ?), en écrivant : « Félix Tshisekedi fait la promotion d’une coopération économique avec le Rwanda — pourtant premier responsable de l’instabilité au Kivu — qui ne saurait être bénéfique pour la RDC. Cette coopération, qui s’articule autour de la mise en place d’un marché commun régional dominé par le Rwanda, revient en réalité à confier au pays des mille collines le leadership économique de la région des Grands Lacs au détriment du Congo producteur des richesses, comme l’a souligné en son temps le consultant américain Alain Bischoff. »

Derrière l’adhésion au marché commun est-africain se profile l’exploitation des ressources naturelles congolaises par le Rwanda. Exploitation qui profite également à d’autres pays de cette région. Faut-il rappeler que la plupart des pays d’Afrique de l’est ont pendant longtemps été les premiers bénéficiaires de la déstabilisation du Congo et du pillage de ses richesses ?

Dans un entretien avec le grand reporter Christophe Boltanski, un enquêteur des Nations Unies confie au sujet du pillage du Congo : « Sous prétexte de lutter contre les FDLR, le Rwandais Paul Kagame procède à un pillage organisé du Kivu. Une grande partie de l’économie de son pays en dépend. La cassitérite, le coltan, même le café ou le thé. Tout ça traverse la frontière et reçoit l’estampille “ Made in Rwanda”. De l’instabilité du Congo dépend la stabilité de la sous-région. On en vient à se demander si elle n’est pas sciemment entretenue. » Et l’expert d’ajouter : « J’ai fait un Powerpoint devant le comité des sanctions (de l’ONU). J’ai démontré qu’en six mois le Rwanda avait augmenté de 100 à 150% ses exportations de ressources naturelles alors que les trois quarts de ses mines étaient fermées. »

Grâce aux pressions internationales, le Rwanda a dû changer de stratagème. Que de créer et d’entretenir le chaos dans le Kivu, tout en procédant au pillage des ressources naturelles, Paul Kagame a opté pour une stratégie « soft » qui combine occupation silencieuse du territoire et exploitation des ressources… et le tout devrait s’articuler autour d’un marché commun est-africain. Par « marché commun », il faudrait voir avant tout les petites mains du Rwanda. Il est ici question de « partage de richesse » tant vantée par Nicolas Sarkozy et Aldo Ajello, alors envoyé spécial de l’union européenne pour la région des Grands Lacs. Et « grâce » à Félix Tshisekedi, le rêve de Kagame va devenir réalité.

Comments

comments

Posted in A la une, Affaires, Félix Tshilombo.

Activiste Militant Résistant

Ma cause est bel bien fondée, vu la situation actuelle et les circonstances tragique que vivent les Congolais au quotidien ne me laisse pas le choix. Je milite pour mon pays jusqu'à ce que le peuple congolais devient bénéficiaire de ce qui lui revient de droit. Marre du système en place "la Kabilie" Une alternance négociée n'est qu'ultime humiliation" Félix Tshilombo un président nommé