RDC appareil sécuritaire : Félix tend la main aux tortionnaires de la République

Rien d’étonnant en ce qui concerne l’impréparation de l’UDPS à assumer les postes clés de la République. Une succession de nomination des pro Kabila autour de Félix Tshisekedi, la réintégration de ces derniers dans son régime fait-il partie de Deal ? Ou simplement UDPS manque des cadres compétant à assumer cette fonction. Au fait,  Félix Tshisekedi est buté à un problème des compétences. L’UDPS n’a pas des gens expérimentés dans la gestion des institutions d’où il lui faut recourir à ceux qu’ il a qualifié de médiocre hier. « Alliés de circonstances ».

Les pro Kabila autour de Félix Tshisekedi

RDC appareil sécuritaire

1. soixantaine, François Beya Kasonga n’appartient pas aux régimes successifs mais plutôt aux services nommé conseillé en matière de sécurité. Beya passe à tous mailles du filet 

Il est celui qui a contribué au rapprochement d’Alias Kabila et Félix Tshisekedi depuis 2015. François Beya est récompensé, il était depuis douze ans à la tête de la Direction Générale de Migration (DGM).

Les congolais de la diaspora qui se sont vus confisqués leur passeport à l’arrivée à l’aéroport International de Ndjili, savent qu’ils ont eu à faire avec François Beya Kasonga. On dit de ce tortionnaire qu’il et un professionnel des services des renseignements.

2. Dans une annonce lue à la télévision publique congolaise mercredi 13 mars au soir, Roger Kibelisa a été nommé assistant du conseiller spécial du chef de l’Etat en matière de sécurité.

Ce haut responsable de l’Agence nationale de renseignements, la très redoutée ANR, est l’un des quatorze Congolais visés par des sanctions de l’Union européenne pour leur rôle dans la répression des manifestations de l’opposition entre fin 2016 et 2018.

Roger Kibelisa est, lui, accusé par l’Union européenne d’avoir participé à des campagnes d’intimidation à l’encontre de membres de l’opposition. Arrestations arbitraires et détentions sont quelques-unes des décisions qui lui sont reprochées.

3. Inzun Kakiak, vient d’être nommé administrateur général de l’Agence nationale de renseignement (ANR), relevant de la présidence, a-t – on appris d’une ordonnance présidentielle lue mardi 19 mars dans la soirée à la Radio télévision Nationale Congolaise (RTNC).

Kakiak remplace Kalev Mutond qui occupait cette fonction depuis 2011. Il n’est pas un nouveau venu dans le monde de renseignement car depuis près de 8 ans , il a occupé le poste d’administrateur adjoint de l’ANR.

 « L’ANR est la seule agence d’Etat qui fonctionne en RDC » 

Sombre réputation de l’ANR, de l’opposition politique congolaise comme la communauté internationale accusent de s’être mué en police politique. Pour l’ANR le cyber-activisme, les jeunes militants de mouvements citoyens comme Lucha, Filimbi ou la diaspora congolaise ceux qui dans militantisme appelés « Combat » ne sont rien d’autres que des « terroristes ». L’ANR les harcèlent, les traquent, les emprisonnent. Kalev Mutond se dit convaincu qu’ils sont soutenus financièrement par des puissances étrangères, comme les Etats-Unis, pour créer les conditions qui permettraient à une foule citoyenne de renverser le régime. 

Cependant, ceux qui espéraient un changement avec Félix Tshisekedi, l’imposteur Nommé petit président par Alias Kabila savent maintenant à quoi s’en tenir. Avec Tshisekedi on prend les mêmes et on continue. Etat de droit et démocratie, deux slogans creux. Le nouveau régime de Tshisekedi a choisi de replacé les hommes de mains de l’ancien régime à des postes stratégiques. 

Comments

comments

Posted in A la une, Événements, Félix Tshilombo.

Activiste Militant Résistant

Ma cause est bel bien fondée, vu la situation actuelle et les circonstances tragique que vivent les Congolais au quotidien ne me laisse pas le choix. Je milite pour mon pays jusqu'à ce que le peuple congolais devient bénéficiaire de ce qui lui revient de droit. Marre du système en place "la Kabilie" Une alternance négociée n'est qu'ultime humiliation" Félix Tshilombo un président nommé