RDC: Comment est-ce qu’un seul individu au nom de Kabila peut ligoter tout une nation


L’outil le plus puissant entre les mains de l’oppresseur est la pensée de l’opprimé. 

Pour les générations futures, il est souhaitable de noter les noms des massacreurs des populations congolaises et de les archiver. Cela servira  à la poursuite de la réécriture de l’histoire réelle du Congo-Kinshasa et à l’évitement de la répétition de l’histoire officielle.

Comment  ‘’Joseph Kabila’’ et sa police politique en sont-ils arrivés là et le monde regarde sans bouger le petit doit ; à quelques exceptions près ? De priver tout un peuple de leur souveraineté de couper tout un pays du monde!

Rappelons que ‘’Joseph Kabila’’ n’en est pas à son premier coup. Il s’inscrit dans le contexte de l’un des conflits les plus meurtriers  de ces cinquante dernières années. Il est ‘’le Cheval de Troie’’ de la guerre de prédation et de basse intensité menée contre le Congo-Kinshasa.

Dans cette  guerre  de ‘’la montée du capitalisme du désastre’’, les pertes en vie humaines et d’autres dégâts sociaux ne sont  pas comptabilisés. Ce qui importe c’est la croissance liée à l’exportation non-contrôlée des matières premières stratégiques du Congo-Kinshasa, à la vente des terres congolaises sous forme des carrés miniers ; ce  qui importe c’est le profit et la capacité des élites compradores de stocker l’argent issue de toute cette magouille dans les banques de lacorporatocratie  prenant une part active à cette guerre.

‘’Joseph Kabila’’ opère donc comme un agent d’un système mortifère. Depuis qu’il est au Congo-Kinshasa, il n’a pas réussi à conclure ‘’un mariage de raison’’ avec les populations congolaises. Sa police politique et ses escadrons  de la mort les prennent pour leurs cibles de prédilection. Il en va de même pour les élites compradores congolaises ayant vendu leurs cœurs  et leurs esprits pour servir ce système au cœur duquel Kabila trône comme un bon ‘’Kapita médaillé’’.  Il est donc là comme produit d’un système auquel participent plusieurs Congolais(es) tuant leurs propres sœurs  et frères pour accumuler l’or, l’argent, le prestige, la puissance matérielle, etc. Au nom de ces ‘’dieux’’, ils tuent et sont pleins de mépris et de haine pour leurs propres populations.

Depuis les dernières élections-bidons de 2011, la colère des populations congolaises à l’endroit de ce ‘’Kapita  médaillé’’ est tenace. Accueillant Etienne Tshisekedi dans un stade de Kinshasa au cours de sa campagne électorale, une bonne partie de ces populations avait chanté : ‘’Oh Ya Tshitshi eee, songisa ye na Rwanda’’. Avait-il bien saisi ce message ? Quels moyens pouvait-il utiliser pour exhausser le vœu  de ces populations ? ‘’Ya Tshitshi avait choisi la voie des élections et ‘’Ye’’ est resté au Congo-Kinshasa ; il n’est pas retourné au Rwanda.

En se mettant debout pour aller manifester dans la rue sous l’instigation de l’opposition congolaise et des autres forces de la société civile, une bonne partie de la population congolaise à Kinshasa comme dans certains autres coins du pays récidive. Elle dit : ‘’Kabila dégage’’ ; ‘’Kabila akende’’. Ce message est-il entendu  par ‘’les forces du changement’’ ?

Il ne semble pas. Il semble qu’il y a une différence  d’approche de la question congolaise actuelle : les politiciens parlent du respect de la constitution et une bonne partie de la population congolaise du départ de Kabila. Il ne semble pas y avoir une certaine cohésion de discours entre les politiciens et le peuple debout. A tel point que de plus en plus, dans les rues de Kinshasa, le peuple debout opère sans ‘’guide politique’’ ; il s’est pris lui-même en charge.

Abandonné à son triste sort entre les mains des bandits de ‘’la kabilie’’, que peut-il faire ? Jusqu’où peut-il aller ? Les appels de l’église catholique et de certains pays ‘’amis’’ suffiront-ils pour que ‘’la kabilie’’ renonce à sa mission : exterminer les Congolais(es) et balkaniser leur pays ? A n’en pas douter, cette ‘’kabilie’’ n’a pas besoin de textes de lois pour se maintenir dans son rôle de ‘’Cheval de Troie’’ du système mondialiste mortifère. Non. Le recours à ce texte ne semble avoir été qu’un stratagème  elle recourt de temps en temps pour prouver à ses parrains qu’elle est indispensable à la sauvegarde de leurs intérêts. Une certaine opposition ne donne pas l’impression d’avoir compris cela. Pourquoi ? Est-elle paresseuse, ignorante ou complice du système ? L’avenir nous le dira. A Kinshasa, certains amis journalistes et analystes ne croient pas en elle. Ils soutiennent qu’elle court derrière les postes ministériels et les biens de ce monde qui y sont attachés. Elle se sert tout simplement du  peuple comme ‘’tremplin’’ pour ‘’le partage du pouvoir’’.

Les assassinats, les tueries et les autres massacres dans lesquels la ville de Kinshasa est plongée ont délié certaines langues. Certains aveux sont faits. Le peuple est debout, c’est bien.

Congolais

Mais, il risque d’être tourné en bourrique si sa lutte n’est pas canalisée vers des objectifs clairs : la souveraineté politique et économique du pays ; la protection des terres congolaises, la justice distributive, l’accès équitable à l’école, aux soins de santé, à l’habitat et à l’emploi, etc. La refondation de l’Etat sur des bases solidaires et égalitaires pourrait mobiliser ce peuple debout sur le court, moyen et long terme. Certains Sénateurs Congolais, bien que faisant partie du système, ont relevé, au cours de leurs débats du 20 janvier 2015 que la question fondamentale du Congo-Kinshasa n’est pas celui des textes mais des hommes. Mokonda Mbonza  cite des articles[2] de la Constitution (de Liège ?) violés depuis le lundi 19 janvier par les assassins de ‘’la kabilie’’ pour illustrer cela. Oui, le pays ne manque pas de textes, de bons textes. Au contraire, ‘’Le Congo est malade des ses hommes’’ comme dirait Patient Bangenda.  Ils peuvent, au nom de la cupidité, de la corruption et de la haine de soi, décider d’assassiner leurs compatriotes pour être au service du système mondialiste mortifère.

Comment conjuguer une bonne refondation de l’Etat sur des bases solidaires et égalitaires et une thérapie collective promotrice des valeurs de ‘’Bumuntu’’, de ‘’Bomoto’’, de ‘’Ubuntu’’ ? Telle nous semble être l’une des  questions essentielles  à laquelle les Congolais(es)  seront sommé(e)s   pendant longtemps de répondre s’ils ne veulent pas disparaître comme humains et comme peuple. Comment doivent-ils faire pour refonder un Etat de désaliénés  rompant avec les camps de concentration en plein 21ème siècle ? Voilà…

Comments

comments

Auteur de l’article : Modidi

Natif Kongo est une plateforme à laquelle est engagée dans l'activisme politique en ayant une attitude, et un engagement politique en privilégiant l'action directe à court terme par rapport aux principes théoriques et aux actions à long terme. Pour parvenir au changement économique, politique, environnemental et social. En général l'idée de créer cette plateforme à débuté en 2013 et publié deux ans après, par Mr. Modidi le fondateur administrateur le 16 mars 2016. Notre objectif Faire respecter les lois universel de droit de l'homme, tout en sachant que la méconnaissance et le mépris des droits de l'homme opéré en RDC ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l'humanisme à laquelle la plateforme NatifKongo lutte à l'avènement d'un Congo où les citoyens Congolais seront libres de parler et de croire, libérés de l'occupation de la terreur et de la misère qui semble être éternel. Nous luttons pour mettre fin à cet théâtre de l'occupation qui semble être commencé pour ne plus prendre fin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.