RDC : Félix Tshisekedi

RDC : Félix Tshisekedi face au dilemme de la nomination d’un premier ministre

Le président de la République démocratique du Congo, Felix Tshisekedi, doit relever le défi de nommer un Premier ministre issu d’une coalition non reconnue par la Constitution.

La coalition Cap for Change (Cach) entre l’Union pour la démocratie et le progrès social du président et l’Union pour la nation congolaise de Vital Kamerhe ne compte que 46 députés au parlement. Le Premier ministre est censé être choisi parmi les partis disposant de la majorité des sièges au parlement, soit au moins 251 députés sur un total de 500. Cela signifie que le Mr. Félix Tshisekedi pourrait être amené à forger une alliance parlementaire avec le Front commun du Congo (FCC), une coalition formée par l’ancien président alias Joseph Kabila, qui, à 337 députés, détient la majorité des sièges à l’Assemblée nationale.

Cette crise constitutionnelle s’ajoute au défi de légitimité qui a vu le chef de la coalition d’opposition Lamuka, Martin Fayulu, remettre en question la victoire électorale de Félix Tshisekedi. Le président nommé et M. Kamerhe se sont retirés de l’affaire Lamuka et ont ensuite formé Cach. Mais les analystes se demandent si Félix Tshisekedi peut nommer un Premier ministre issu d’une coalition non reconnue par l’article 78 de la Constitution de 2011. Harold Acemah, un diplomate ougandais à la retraite et un expert des affaires du Congo, a déclaré que Félix Tshisekedi devait enregistrer rapidement l’alliance Cach-FCC dans un délai de 30 jours, période que la Constitution lui donne pour former un gouvernement après la prestation de serment le 24 janvier dernier.

 «Après des élections contestées, qui ne répondent pas aux normes minimales pour être considérées comme libres, justes et crédibles, il est sage que le président Felix Tshisekedi consulte tous les principaux acteurs de la RDC avant de nommer un Premier ministre et un cabinet. Cela signifie également que le président doit établir un consensus national pour mettre en œuvre son manifeste », a déclaré M. Acemah.

L’article 78 de la Constitution dispose que le président nomme le Premier ministre parmi les membres de la majorité parlementaire après consultation des chefs de parti. Si une telle majorité n’existe pas, le président doit demander aux dirigeants de différents partis politiques de former une coalition qui sera ensuite enregistrée. Stephanie Wolters, responsable de la Division de la prévention des conflits et de l’analyse des risques à l’Institute for Security Studies, a déclaré que si le FCC restait intact, le président Tshisekedi serait en mesure de former un gouvernement stable. «Compte tenu des circonstances, il y aura beaucoup de discussions sur la voie à suivre et il devra former un gouvernement de coalition élargi et inclusif», a déclaré Mme Wolters.

Source info : Benin news tv

A la une

Comments

comments

Posted in A la une, Félix Tshilombo, Politique.

Activiste Militant Résistant

Ma cause est bel bien fondée, vu la situation actuelle et les circonstances tragique que vivent les Congolais au quotidien ne me laisse pas le choix. Je milite pour mon pays jusqu'à ce que le peuple congolais devient bénéficiaire de ce qui lui revient de droit. Marre du système en place "la Kabilie" Une alternance négociée n'est qu'ultime humiliation" Félix Tshilombo un président nommé