RDC : les élections du 23 décembre l’absolue de bêtises

En effet, c’est incompréhensible de constater plus de 80 millions d’habitants abandonnent leurs destins auprès d’un groupuscule d’individus qui prétend être de politique, de leur trouver la solution sur le problème du Congo.

 

Vraiment c’est lamentable pour le Congo et sa population ainsi que politique ! de constater presque 90 % de la population congolaise son prêt d’aller aux élections organisé par les occupants rwandais sans légitimié. Par contre des politiques congolais n’ont d’autres complot, de la majorité présidentielle ou de l’opposition. Faire rêver tout un peuple les élections qui n’auront jamais lieu le 23 décembre 2018 . Déjà avec tout les conditions qu’exige l’opposition politique avant de participer aux élections du 23 décembre ne qu’un stratagème du pouvoir en place « sans légitimité ». Tout ce que l’opposition viennent de décrire comme problème à résoudre c’est à côté de la plaque. C’EST ce que voulait la kabilie depuis longtemps, boycotter tous qui est mis en place pour les élections du 23 décembre en fin de procéder à un nouveau dialogue qui amènera le pays dans une transition avec Kabila comme président et les participants de cette machination aura chacun ça part des gâteaux. Cela ne fera que gagner le temps au gouvernement sans légitimité.

Lire aussi : Congo : quand est-ce que les tueries prendront fin ?

La machine à voter n’est qu’un stratagème du pouvoir en place ; mettre en place un système que la majorité des gens boycotte, en fin d’avoir raison sous prétexte de trouver un autre alternative « transition ». Depuis tout ce temps le gouvernement illégitime cherche le manœuvre de s’éterniser au pouvoir ! Allez y comprendre. Parce qu’avec le neuf conditions de l’opposition, c’est à dire il n’y aura pas les élections le 23 décembre donc une transition pour une troisième fois pour Kabila. MAwa Hein ?

En gros, les opposants ont proposé 9 choses au conseil de sécurité de l’ONU pour sortir de la crise:

1. L’abandon par la CENI de la machine à voter,
2. Le nettoyage du fichier électoral afin d’en extraire les plus de 10 millions d’enrôlés sans empreintes digitales,
3. La mise en place immédiates des mesures de décrispation politiques dont la libération des prisonniers politiques et le rapatriement de la dépouille de feu Étienne Tshisekedi,
4. La participation effective des candidats exclus ou invalidés pour des raisons politiques,
5. L’accréditation et le déploiement des observateurs de l’ONU, de l’UA, de l’OIF et de la SADC,
6. L’appui financier, matériel et logistique de l’ONU, de l’UA, de l’UE, de la SADC et de la CIRGL,
7. Le déploiement d’une force régionale pour sécuriser le processus électoral, les candidats et les populations,
8. La participation effective de la Monusco dans l’ensemble du processus électoral,
9. La restructuration et l’audit de la CENI en procédant au remplacement du Rapporteur Kalamba par un délégué de l’UDPS.

J’aimerais qu’on puisse bien appréhender la situation chaotique actuelle qui traverse le Congo ! Premièrement il ne s’agit pas d’un candidat commun et ni la machine à voter. En outre il s’agit bien de la transparence électorale et l’occupation rwandaise. Si est seulement si y a la transparence dans le processus électoral Shadary ne pourra jamais gagner les élections. Par contre aller aux élections organisée par un gouvernement illégitime et qui ne défend jamais les intérêts des Congolais n’est que l’absolu des bêtises. Considérant que nous sommes sous-occupation les élections ne nous servira à rien.

RDC Élections.

RDC Élections

RDC Élections

RDC Élections

RDC Élections

 

 

Comments

comments

Posted in Analyse & Réflexion, Élections, Kongo.

Activiste Militant Résistant

Ma cause est bel bien fondée, vu la situation actuelle et les circonstances tragique que vivent les Congolais au quotidien ne me laisse pas le choix. Je milite pour mon pays jusqu'à ce que le peuple congolais devient bénéficiaire de ce qui lui revient de droit. Marre du système en place "la Kabilie" Une alternance négociée n'est qu'ultime humiliation" Félix Tshilombo un président nommé