Santé et Éducation et la à l’abandon de l’État un système


Éducation: à l'abandon de l’État

La situation de l'enseignement en RDC n'est plus un secret pour personne. Pour ne prendre que le développement du capital humain de la RDC, il est nettement en retard sur l'accroissement de la population et les besoins de plus en plus grand d'une économie moderne. Sachant que l'enseignement est la base de la société et malgré les potentialités humaines et la motivation, la RDC n'arrive pas à arrêter l'hémorragie. Plusieurs raisons sont à l'origine de cette situation catastrophique (faible budget alloué à ce secteur, pauvreté des parents, non paiement des enseignants,...). Et pourtant l'enseignement a été promis dans un contexte ooooh! 5 chantiers la gratuité que la population attend patiemment jusqu'à maintenant. Et ceux là qui arrivent d'y aller au cour par l’effort de leur parents, encore un problème élèves sont souvent forcés de s'asseoir à même le sol, faute de pupitre et parfois même certains d'entre eux viennent avec leurs propres chaises. Cela ne peut qu'être étonnant. C'est un vrai paradoxe : la RDC qui possède l'une des plus vastes forets du monde, ses enfants, élèves n'ont pas des bancs. Dans certaines contrées du pays, lorsqu'il pleut, c'est la fin de classe car la toiture se trouve dans un état non descriptible. On bat toujours le record, en tout cas ce à craindre cette politique égocentrique.

 

Santé: la qualité des soins au Congo reste assez aléatoire

En République démocratique du Congo, l’accès aux soins de santé de qualité est problématique pour la plupart des habitants. Aujourd’hui dans un contexte social marqué par la présence d’un grand nombre des maladies (Paludisme, Sida, etc.) avec des guerres qui ne finissent jamais, le gouvernement Congolais ne jure que par la révolution de la modernité. Pourtant, le Programme minimum de partenariat pour la transition et la relance (PMPTR, en 2004) constate que dans les années qui ont suivi l’indépendance, les efforts concertés de L’État, de la coopération multilatérale et des ONG laïques et religieuses avaient fait qu’à cette

 

époque, le secteur de la santé publique en RDC avait développé une réputation d’excellence et d’innovation et ce, tant sur le plan institutionnel que sur celui de la R&D (dans les années 70 l’introduction du système de zone de santé fut plus tard reprise dans nombre de pays africains) Kambamba Darly. Pour preuve, dans la province du Maniema une étude menée par une ONG local en 2005 avait déterminé que 30% des patients avaient vendu leurs biens et que 15% s’étaient endettés pour faire face aux coûts des soins de santé. Si l’argent ne fait pas le bonheur, il fait incontestablement la santé. La RDC est devenue depuis quelques années un laboratoire pour les institutions et bailleurs de fonds internationaux. Elle fait partie avec l'Afghanistan, Haïti et le Darfour de ces «États fragiles» qui ont reçu le plus de fonds pour l'aide au développement. Malgré cela, ce pays est classé dernier pour l'indice de développement humain. Ah!le Grand Congo jusqu'où sera tu humilier? 5 chantier où est tu (na leli!)

Comments

comments

Auteur de l’article : Modidi

Natif Kongo est une plateforme à laquelle est engagée dans l'activisme politique en ayant une attitude, et un engagement politique en privilégiant l'action directe à court terme par rapport aux principes théoriques et aux actions à long terme. Pour parvenir au changement économique, politique, environnemental et social. En général l'idée de créer cette plateforme à débuté en 2013 et publié deux ans après, par Mr. Modidi le fondateur administrateur le 16 mars 2016. Notre objectif Faire respecter les lois universel de droit de l'homme, tout en sachant que la méconnaissance et le mépris des droits de l'homme opéré en RDC ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l'humanisme à laquelle la plateforme NatifKongo lutte à l'avènement d'un Congo où les citoyens Congolais seront libres de parler et de croire, libérés de l'occupation de la terreur et de la misère qui semble être éternel. Nous luttons pour mettre fin à cet théâtre de l'occupation qui semble être commencé pour ne plus prendre fin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.